Les livres de Laurence COSSE

Voici les livres rédigés par Laurence COSSE.

   
livres à partir de
   

Soit 3 livres.

Informations Croissant
Le 31 du mois d'août

Le 31 du mois d'août

de: COSSE Laurence

Mon commentaire:
Vous souvenez-vous de la nuit du 31 août 1997? Non, ce n'est pas possible, si je vous dis Pont de l'Alma? C'est mieux.
Laurence COSSE nous raconte ici l'histoire de la propriétaire d'un Fiat Uno blanche - vous vous rappelez - qui rentre chez elle après sa journée de travail.
Elle est heurtée dans le tunnel du pont de l'Alma par une Mercedes qui s'écrase contre un pilier. La conductrice de la Fiat ne s'arrête pas, elle ne sait pas pourquoi, la fatigue peut-être?
Elle apprend la nouvelle que le lendemain. Que faire aller témoigner? Rester caché?
J'ai découvert ce livre sympathique par hasard, des fois le hasard fait bien les choses.

Résumé:
" Tout était allé tellement vite, cette voiture arrivant sur elle à fond de train, à l'entrée du tunnel, se collant contre elle dans un raclement de tôles, et s'en détachant, tellement vite, avant de zigzaguer, de taper à gauche, à droite, et d'aller emboutir un des piliers centraux dans un fracas abominable. "
Il y a aujourd'hui, en France, ou ailleurs, quelqu'un qui se trouvait au volant d'une Fiat Uno blanche sous le tunnel de l'Alma, peu après minuit, le 31 août 1997, quand la Mercedes de la princesse Diana l'a dépassé en trombe, a raclé sa voiture et s'est écrasée sous ses yeux. Ce conducteur ne s'est pas arrêté, il a dépassé la Mercedes emboutie et il a filé. Dans les semaines suivantes, il ne s'est pas signalé. Il est peu probable qu'il ait pu agir ainsi à l'insu de tous dans son entourage. Il y a donc sans doute plusieurs personnes aujourd'hui, en France, ou depuis longtemps loin de France, qui savent exactement ce qui s'est passé sous le tunnel de l'Alma, et qui s'étonnent chaque matin de n'avoir pas été retrouvées. A moins qu'elles ne soient mortes, ces personnes, l'affaire ayant brutalement infléchi le cours de leur vie.

Au bon roman

Au bon roman

de: COSSE Laurence

Mon commentaire:
Des personnes se font agresser, à chaque fois un indice leur fait penser que ces agressions à un lien avec leur activité liée Au Bon Roman, une librairie qui ne propose que les bons romans à l'exclusion des autres.
Ecrit un peu comme un roman policier, cette histoire n'en est pas une. Le lecteur découvre petit à petit la genèse de cette librairie ainsi que le passé des fondateurs. Ce roman surfe sur la vague des histoires qui parlent de livre: Le cercle littéraire, l'homme qui m'aimait tout bas. Rien de bien original, néanmoins agréable à lire.

Résumé:
Un fou de Stendhal est abandonné en forêt. Une très jolie blonde quitte brusquement une route qu'elle connaît comme sa poche. Un Breton sans histoire rencontre au bord d'une falaise deux inconnus inquiétants. Nous ne sommes pourtant pas dans un roman policier. Les agresseurs ne sont ni des agents secrets ni des trafiquants. Ils ne s'attaquent qu'à des tendres : un ancien routard devenu libraire, une mécène mélancolique, des romanciers...
Qui, parmi les passionnés de lecture, n'a rêvé un jour que s'ouvre la librairie idéale ? Une librairie vouée au roman où ne seraient proposés que des chefs-d'œuvre ? En se lançant dans l'aventure, Ivan et Francesca se doutaient bien que l'affaire ne serait pas simple. Comment, sur quels critères, allaient-ils faire le choix des livres retenus ? Parviendraient-ils un jour à l'équilibre financier ? Mais ce qu'ils n'avaient pas prévu, c'était le succès.

Les amandes amères

Les amandes amères

de: COSSE Laurence

Mon commentaire:
Edith, traductrice de roman, s'aperçoit que Fadila, sa femme de ménage, ne sait ni lire, ni écrire. Elle se lance alors le défi de lui apprendre. Au cours des leçons Edith va découvrir la vie de Fadila.
Très beau roman, sauf la fin qui m'a laissé pantois. Est-ce que Laurence COSSE a été atteinte par le syndrome du hérisson ? Les quelques pages à la fin donnent une impression d'inachevé. En dehors de ces quelques pages, l'histoire est magnifique, bouleversante.
A lire en s’arrêtant à 10 pages de la fin.

Résumé:
Découvrant que Fadila ne sait li lire ni écrire, Édith entrevoit à quel point la vie est compliquée pour un analphabète et combien c'est humiliant. Elle lui propose de lui apprendre à lire le français.
Fadila n'est pas jeune. Édith n'est pas entraînée. L'apprentissage s'avère difficile. Ce qui semblait acquis un jour est oublié la semaine suivante.
Si Fadila a tant de mal à progresser, c'est que sa vie entière est difficile. Ce n'est pas une marginale. Elle a une famille, un toit, du travail. Mais la violence a marqué son rapport aux autres, depuis l'adolescence. Elle a de la rancœur contre son Maroc natal et, en France, elle ne se fait pas à la solitude. Elle vit dans une perpétuelle inquiétude.
Édith, de son côté, se sent de plus en plus démunie dans cette aventure dont elle a pris la responsabilité et qui va l'entraîner beaucoup plus loin qu'elle n'aurait cru.
Une amitié singulière, rugueuse et douce, amère, cocasse.

   
livres à partir de
   
Accueil | Voyages | Cinéma | Livres | Liens | Divers | Mon livre d'or | Contact
Hit-Parade